Souviens-toi

 

Ce n’est pas vrai.

Ce n’est pas ça le principal.

Ce n’est pas la cause initiale d’où t’en es aujourd’hui.

Élimine cela de ta tête.

Oublie.

 

Et… souviens-toi.

 

Crédit Photo : Marie Guibouin

 

Souviens-toi de ce moment où tes actions ont commencé à changer. De ce moment où tu as commencé à te cacher. Souviens-toi du jour où tu as pensé à quitter ton/ta partenaire. Souviens-toi de ce décès, de ce drame, de cet événement choc qui a perturbé ta vie à tout jamais.

Souviens-toi, oui. Souviens-toi des phrases marquantes que l’on t’a dit, et que tu fais genre d’oublier en croyant que ce n’est pas important. Souviens-toi, de ce moment où tu as commencé à ne plus te sentir bien dans ton environnement, avec ton entourage. Ce moment où tu as éliminé ton sentiment de légitimité, ce moment, ces moments durant lesquels tu voulais à tout prix trouver une explication à tes sens. À tout prix, au prix surprise d’une vie qui crie…

 

Souviens-toi de ce dont tu ne te souviens plus.

 

Souviens-toi d’où tu en étais dans ta vie lorsqu’ont commencées tes insomnies.

Énumère toutes ces actions que tu as réalisé sans envie. Souviens-toi de leurs conséquences à chaud et à froid sur toi.

 

Souviens-toi de toutes tes tentatives pour reconstruire un quotidien qui te correspond mieux. Des fois où ça a porté ses fruits, des fois où ça n’a pas porté ses fruits. Des fois où il a fallu changer à nouveau. Qu’as-tu fait ? As-tu persévéré ?

 

Souviens-toi de qui tu étais entourée lorsque tu as pensé à te suicider. Dans quels bras tu t’es réfugiée, te tournerais-tu vers les mêmes êtres si tu recommençais ?

 

Souviens-toi de ces fois où tu t’es épuisée à sauver l’autre en premier.

Souviens-toi des situations où tu ne te sentais pas écoutée, ni entendue, encore moins soutenue.

 

Vas-y, tiens bon.

 

Souviens-toi de comme tu t’es sentie lorsque tu as sexualisé avec quelqu’un d’autre sans lui dire ( = tromper ton/ta partenaire).

Souviens-toi du livre, du film ou de la scène choc qui a changé ta vie.

 

Souviens-toi de ta réaction et de tes sensations lorsque tu as découvert ta vulve et ses sensibilités pour la première fois. Quelles ont été les premières mains posées sur celles-ci ?

Souviens-toi de ton premier moment sexuel partagé. Était-ce vraiment le tien ? Que retiens-tu de cette expérience ? Qu’en retires-tu ?

 

Souviens-toi de tes premières règles. Vraiment. En profondeur. Replonges-toi dans ce moment : qu’est-ce que cela t’a fait, en toi ?

Souviens-toi de ce soir-là où tu as remis en questions tes attirances sexuelles.

 

Souviens-toi de ce moment où tu as commencé à reconnaître quelques caractéristiques de ton identité. Quels sont-elles ?

 

Souviens-toi de tous ces êtres qui ont été présents dans ta vie. Souviens-toi, de tous ceux que tu as refusé.

 

Souviens-toi de ta plus grande, ta plus graaande fierté. Souviens-toi de ton meilleur moment, du présent qui a illuminé ta vie, de la phrase qui a remis en place tout ton système neuronal, du câlin le plus vrai que tu aies reçu, que tu aies donné, puis de la pelle la plus langoureuse et baveuse que tu aies partagé.

 

Souviens-toi du jour où tu as détesté ta mère, et ton père. Souviens-toi de ton premier verre d’alcool : comment tu te sentais, qu’as-tu choisis pour après ?

 

Mais surtout, surtout, souviens-toi de qui tu es maintenant. D’où tu en es, comment tu t’sens.

 

 

Qu’as-tu accepté de toi ?

Comment procèdes-tu pour cela ?

 

Que refuses-tu encore ? Comment te sens-tu face à cela ?

 

Qui t’entoure aujourd’hui ? Est-ce que ça te ravi ?

Qui ne t’entoure pas ? Est-ce que ça te plaît comme ça ?

 

Que veux-tu et que choisis-tu ?

 

 

“Je n’ai pas tellement fait exprès”, à vrai dire, c’est exactement l’exercice qu’il me faut à moi-même. Et je répondrais à ces questions ce soir sur mon carnet. Je pourrais t’expliquer tout de suite ce qui m’a mené à t’écrire cela, mais je préfère que tu répondes d’abord aux questions. Soit en commentaire, soit dans ton carnet d’écritures personnelles, ou par mail, pour ne le partager qu’à nous ou bien que nous en fassions un article, anonyme ou non.

 

Ton expérience est importante.

 

Parce que tu es une femme en chemin, et, moi personnellement, j’ai vraiment hâte que se créent des premiers articles venant de TOI !!!!!!!

 

 

Christelle, femme en chemin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *